Levallois-Perret
Levallois-Perret

REFONDER L’ECOLE : UNE PRIORITE INCONTESTABLE par Danièle Amsellem-Zelic

Le par

 

Scolarité, compétences, évaluations, cycles , difficultés ,orientations, activités,  diplômes, enseignants, horaires, disciplines, autorité, parents, animateurs, et l’enfant dans tout ça ?

 

LA REFONDATION DE L’ECOLE menée par le ministre de l’Education nationale, VINCENT PEILLON,   replace l’élève au cœur du projet. Ce n’est pas une lubie mais une urgente nécessité.

Des rythmes éducatifs adaptés et respectueux de l’enfant .

Il y a plus de 50 ans déjà, lors d’un congrès, une majorité d’instituteurs déplorait la longueur des vacances d’été et des journées d’école pour les élèves. Mais c’est au début des années 1980 que la question des rythmes scolaires connaît une approche nouvelle, due notamment au développement des travaux sur la chronobiologie de l’enfant …Lire le suite : http://www.vie-publique.fr/chronologie/chronos-thematiques/rythmes-scolaires.html

De mai 1996 à juin 1998, le Gouvernement et le ministère de la Jeunesse et des Sports vont mener une expérimentation sur l’aménagement des rythmes scolaires dans 859 établissements scolaires.
Le 1er décembre 1998 publication d’un rapport du Comité d’évaluation et de suivi des aménagements des rythmes de l’enfant (CESARE) selon lequel l’aménagement des rythmes scolaires augmente le plaisir des enfants d’aller à l’école mais n’influe pas sur leurs « performances scolaires ».
Le centre d’expertise collective de l’INSERM assure la coordination d’une expertise identique sur ce sujet :

D’après les données disponibles dans quelques études françaises, il apparaît qu’au cours de la semaine scolaire traditionnelle (4 jours 1/2 de classe dont le samedi matin) le profil classique journalier de rythmicité intellectuelle est observé tous les jours sauf le lundi. La performance intellectuelle progresse ainsi au cours de la matinée, est faible après le déjeuner puis s’élève de nouveau au cours de l’après-midi.
En revanche, le profil de rythmicité intellectuelle journalier est perturbé lorsqu’un aménagement de la semaine scolaire de  type 4 jours (lundi, mardi, jeudi, vendredi) est mis en place dans les zones sensibles.

Dans ces zones, si on n’offre pas d’activités péri-ou extra-scolaires, la perturbation de la rythmicité intellectuelle journalière s’accompagne d’une baisse significative du niveau de performance ce qui évoque une rupture de synchronisation entre la rythmicité propre de l’élève et les rythmes de son environnement.

Les experts préconisent d’éviter la semaine de 4 jours en particulier dans les zones sensibles en attendant les résultats d’études plus conséquentes.http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/054000291/0000.pdf

FRANCOIS HOLLANDE, élu à la présidence de la république, fait  de l’école et de la jeunesse sa priorité.

En quarante ans, l’Ecole de France  a réduit considérablement l’inégalité des parcours scolaires, s’est décentralisée, s’est ouverte aux partenaires des divers secteurs de l’action publique et aux parents, a  progressé au sein des pays de l’OCDE et se rapproche des pays les plus développés

Pourtant, les résultats de l’enquête PISA (2009) montrent que le niveau moyen des acquis scolaires des élèves français au regard de ceux des  34 pays de l’O.C.D.E  stagne. Depuis 2000, la compréhension de l’écrit et le niveau en mathématiques sont à la baisse. La France arrive en 24ème position sur le plan des inégalités éducatives.

 

Or, en période de chômage accru, l’accès à l’emploi est subordonné aux diplômes, les réformes de l’Education nationale engagées souvent illisibles sont  abandonnées. Le décalage entre Ecole et Société s’accroit.
L’Ecole ne s’est pas totalement démocratisée et laisse trop de jeunes sur le bord du chemin, ce qui met en danger le projet républicain : Refonder l’école comme pilier de la République est donc indispensable.

Refonder l’Ecole pour redresser la France

Trop d’inégalités demeurent en fonction  des territoires, des milieux  socialement fragiles. Elles se dessinent dès la maternelle.
La réussite pour tous nécessite donc de donner  une priorité à l’école primaire. Le système éducatif doit être mobilisé contre le décrochage, et pour rénover l’espace et le temps éducatif

Si l’enfant est fatigué, déprimé, stressé …l’écolier se traîne

 

Il faut donc construire un équilibre entre les temps de l’enfant : le temps familial, le temps scolaire, le temps éducatif, le temps social en respectant ses rythmes biologique, physiologique et psychologique.

L’école de la rentrée 2013 ou 2014 devrait, sur 4 jours et demi par semaine, y parvenir, au terme d’une collaboration entre les différents acteurs (enseignants, éducateurs sportifs ou culturels, associations, municipalités, parents, chercheurs)  engagés dans ces Projets Educatifs De Territoire.
il ne s’agit pas de réduire le temps d’enseignement mais d’adapter les temps d’enseignement aux capacités d’attention des élèves ,en les répartissant sur la semaine et l’année ,comme dans les autres pays européens .

Refonder l’école, c’est  donc, dans le même temps et nécessairement :

  • Donner priorité à l’Ecole primaire
  • Mettre en place l’accueil des enfants de moins de 3 ans
  • Mettre en place le dispositif «  plus de maîtres que de classes » (60 000 postes dont 54 000 Education nationale supplémentaires sur la durée du quinquennat)
  • Refonder le temps scolaire et construire un véritable cadre de coéducation avec les partenaires nationaux et des territoires (ministères, communes, associations, familles)
  • Création des ESPE (écoles supérieures du professorat et de l’éducation) pour revaloriser le métier d’enseignant par un recrutement plus cohérent et une formation plus moderne et professionnalisante
  • Inscrire l’Ecole dans l’ère du numérique
  • Repenser une école bienveillante, revoir les systèmes de notations, transitions, orientations.
  • Lutter contre décrochage et discrimination
  • Instaurer une pédagogie et une morale laïque.

VINCENT PEILLON déroule cette évidente mais rude feuille de route dans son ouvrage ( à lire absolument )

REFONDONS L’ECOLE pour l’avenir de nos enfants.

 

 Danièle Amsellen– Zelic

Sur le même thème, lire aussi :

Durant cinq ans, Nicolas Sarkozy a cassé l’école. En cinq ans, il y a appliqué le principe stupide de non remplacement d’un fonctionnaire sur deux. En cinq ans,
Le par
Conseil général 92 : la majorité UMP-UDI sacrifie la scolarisation des enfants handicapés ! La majorité UMP-UDI du Conseil général vient de décider de supprimer le financement
Le par

Les derniers contenus multimédias