Levallois-Perret

Levallois-Perret

Dans l'actualité

Participer à la refondation de l’école plutôt que de polémiquer.

Le par

Durant cinq ans, Nicolas Sarkozy a cassé l’école. En cinq ans, il y a appliqué le principe stupide de non remplacement d’un fonctionnaire sur deux. En cinq ans, il a tout bonnement supprimé la formation des enseignants.   Durant ces cinq ans, ni le Maire ni son épouse et Première adjointe n’ont jugé bon de défendre l’Ecole de la République.   Depuis son élection, François Hollande fait de l’école une priorité majeure.   Vincent Peillon, Ministre de l’Education nationale, a engagé une vaste réforme : retour de l’enseignement de la morale laïque, recrutement de milliers d’enseignants, mise en œuvre d’Ecoles supérieures du professorat

Au Parlement européen, les socialistes travaillent. Le point sur la session de Mai 2013 par Pervenches Beres, Députée européenne de l’Ile de France

Le par

Au cours de cette session de mai 2013, le Parlement européen s’est prononcé sur l’ouverture des négociations en vu d’un accord de commerce et d’investissement entre l’Union européenne et les Etats-Unis, abusivement appelé par certain accord transatlantique. Avant ce vote, les Socialistes français, avec d’autres, se sont beaucoup mobilisés pour obtenir l’exclusion des services de contenus culturels et audiovisuels, y compris en ligne, du champ de la négociation. C’est parce que nous l’avons emporté sur ce point que nous avons pu nous abstenir sur le vote final de la résolution. Chacun mesure l’enjeu stratégique d’un tel accord alors même que les Etats-Unis négocient en priorité un accord

A Levallois-Perret, une réunion de grande qualité devant une assemblée passionnée

Le par

Plus de 80 personnes ont répondu à l'invitation du parti Socialiste de Levallois-Perret, le jeudi 16 mai au soir. Jour anniversaire de l' investiture  de François Hollande à la Présidence de la République, Jean Marc Germain, député des Hauts-de-Seine a souligné l'importance des lois pour lesquelles il était rapporteur. Il a tenu à préciser que ces lois s'inscrivent  dans la stratégie présidentielle : privilégier les accords entre partenaires sociaux. C'est cette méthode qui permettra à la France de conjuguer compétitivité de l'entreprise et obtention de droits de nouveaux. [caption id="attachment_1094" align="alignnone" width="484"] Jean Marc Germain, député des Hauts-de-Seine, rapporteur de la

L’an 2 du quinquennat: le passage à l’offensive

Le par

Jeudi 16 mai, François Hollande tenait la seconde conférence de presse de son quinquennat. Il est revenu sur l'année écoulée, expliquant la nécessité des réformes entreprises, avant d'expliquer ce qui rythmerait le reste de son mandat, placé sous le signe de l'offensive.  À la maison de l'Amérique latine, les députés de la majorité et Harlem Désir, Premier secrétaire, s'étaient réunis afin d'apporter leur soutien au président de la République.   L'an 1 du quinquennat: le rétablissement du pays  Le président de la République est tout d'abord revenu sur la ligne du sérieux budgétaire adoptée qui, à l'inverse d'une politique d'austérité, aura permis à la

La loi sur la sécurisation de l’emploi définitivement adoptée par Reuters/RMC

Le par

PARIS (Reuters) - Le Parlement français a définitivement adopté mardi le projet de loi sur la sécurisation de l'emploi qui prévoit davantage de flexibilité pour les entreprises en échange de nouveaux droits pour les salariés, banc d'essai pour la réforme des retraites. Ce texte transpose l'accord national interprofessionnel (ANI) conclu le 11 janvier entre le patronat et trois syndicats : la CFDT, la CFTC et la CFE-CGC. La CGT et Force Ouvrière ont refusé de le signer. François Hollande a inauguré par cet accord sa méthode de concertation "à l'allemande" par laquelle il espère faire passer des réformes, comme celle à venir

L’INTERVIEW DES AUTEURS DE « 92 CONNECTION, LES HAUTS-DE-SEINE LABORATOIRE DE LA CORRUPTION » par Bakchich

Le par

Noël Pons et Jean-Paul Philippe sont allés voir comment on s'y prend dans le département le plus riche de France. Finalement, ça pue aussi fort qu'à Palerme? On ne sait si les garçons avaient envie de se faire mal ou de perdre leurs ultimes illusions sur la Gestion de la Cité, à l'heure où la cupidité devient un enseignement obligatoire dans les Ecoles de Commerce.  Toujours est-il qu'ils s'y sont collés.  Leur pedigree respectif leur a évidemment facilité le décryptage : Noël Pons que nous connaissons depuis un moment au travers des travers du foot business, a notamment été conseiller au Service Central de prévention de

Les derniers contenus multimédias